dimanche 17 décembre 2017

poulet aux amendes (douces)

Non, ce n’est pas une faute d’orthographe … Notre poulet est un « policia » c’est à dire un poulet à la portugaise, participant à un contrôle routier.

Il arrête un musicien brésilien résident au Portugal qui, comme tous les artistes, s’est un peu perdu dans les labyrinthes des bureaucrassies lusophones. En l’espèce, c’est son permis de conduire qui n’a pas été renouvelé à temps, ce que notre agent lui fait remarquer. Le musicien sait qu’il est en tort, mais il connaît la musique, et se prépare à suivre la procédure de sa terre natale, qui consiste à offrir un « cadeau » au préposé pour qu’il ferme les yeux.



Pourtant, à son grand étonnement, le policier ne semble pas prêt à négocier, mais se dirige vers sa voiture avec le document litigieux. Il en revient 5 minutes plus tard :
- Monsieur, j’ai contacté le juge de garde, votre comparution aura lieu dans 25 minutes.
Notre musicien comprend alors qu’il n’a pas affaire avec un maître-chanteur, mais avec un fonctionnaire consciencieux. Il se rend au rendez-vous dans le véhicule de police conduit par son témoin assermenté.

Le juge est un homme sympathique … mais juste :
- Je vous connais, j’ai assisté à l’un de vos concerts à Setubal il y a quelques semaines. Vous êtes excellent musicien, mais néanmoins un hors-la-loi, vous ne contestez pas le fait que vous conduisiez sans permis valide ?
- La dernière fois que je suis rentré à Rio, j’ai oublié de renouveler mon permis, simple distraction de ma part …
- Je comprends, mais je ne peux pas vous laisser reprendre la route. Avez-vous un ami ou de la famille qui peut vous ramener à la maison ?
- Ma fille habite pas très loin.
- Vous pouvez l’appeler. Je fixe le montant de l’amende (je vous l’avais dit, pas de faute d’orthographe) à 500 euros. Voici la liste des ONG, vous pouvez choisir le bénéficiaire dans cette liste.

Notre ami est très étonné (autant que vous et moi) : ainsi l’argent ne va ni au flic, ni au juge, ni même à l’état portugais. Il choisit donc de bon cœur dans la liste que lui présente le juge une association qui s’occupe de l’enfance abandonnée, puis a un dernier réflexe brésilien : -C’est une grosse somme, je peux fractionner ?
Mais oui, il peut payer en trois fois avec la carte de crédit, comme s’il achetait un smartphone …


Étonnant Portugal, vous ne trouvez pas ? Je me surprends à penser qu’ici aussi on souffrirait moins si on pouvait payer les amendes à Greenpeace, Amnesty ou MSF. Les amendes portugaises sont plus douces, question de climat peut-être ...

mercredi 8 mars 2017

Mobistar passe à l’Orange

 et c’est ma mère qui paie l’amende


Racheté en 2001 par France Télécom (Orange), Mobistar a conservé le vert jusqu’en mai 2016. Passer à l’Orange est permis par le code de la route, lorsqu’on n’a pas la possibilité de freiner. Et de fait, Mobistar semble avoir péché par excès de vitesse.
À la mi-février 2016, une jeune-femme sonne à la porte chez Faon. Cet animal ne figure pas dans les tarifs de Mobistar à côté des des colibri, dauphin et koala et n’y figurera jamais, comme l’histoire va vous le démontrer. Faon est le totem scout de ma mère et c’est donc elle qui ouvre la porte. Suit alors le baratin habituel je peux vous faire économiser beaucoup d’argent en changeant d’opérateur téléphonique quel est votre opérateur actuel ? Examinons ensemble votre facture de Proximus ex-Belgacom pour votre téléphonie fixe nous vous proposons un forfait de 8,5 euros pour toutes vos communications excepté celles qui sont en petits caractères voilà signez ici.
Faon signe en effet le contrat, l’économie est substantielle, elle continuera à payer la redevance à Belgacom pour la ligne de téléphone, mais paiera moins cher pour ses communications. La jeune femme est sérieuse, les contrats sont établis en double-exemplaire et ils sont conclus par deux signatures et un premier versement de 8 euros et 50 centimes. Pour ne rien oublier (à 92 ans, il arrive que l’on ait des pertes de mémoire), Faon donne à sa banque un ordre permanent de 8,5 euros par mois au bénéfice de Mobistar. Mais le vert est dans le fruit et, comme on sait, le diable se cache dans les détails (et les petits caractères).
Ma maman a désormais un portefeuille de contrats avec 3 compagnies différents : Base pour son GSM, Belgacom pour sa ligne (+ la télé et Internet) et Mobistar pour ses communications. Pas simple, d’autant que 2 opérateurs ont déjà changé de nom (Belgacom a adopté Proximus comme nom général et Télénet a racheté Base) et que le troisième s’apprête à le faire. Mais quand elle reçoit un courrier d’Orange, elle décide qu’un opérateur de plus serait un tropérateur et l’Orange vole directement dans le (sac) jaune.
Orange amère, car ce courrier est suivi d’un deuxième, accompagné d’un coupure du téléphone, plus moyen de passer une communication ! Ce courrier intitulé sobrement « DERNIER RAPPEL » est accompagné d’un bulletin de virement (orange) de 32 €. Il s’agit d’une facture impayée de 2 euros plus 30 euros de « service administratif » - soit en clair une amende de retard. Faon paye, elle a un besoin total du téléphone, mais, après une conversation haute en couleurs avec Orange alias Mobistar, elle obtient la promesse verbale d’être remboursée ; promesse d’ivrogne, pour autant qu’on puisse passer à l’Orange en ayant bu.!
En lieu et place du remboursement promis arrive deux mois plus tard, un (premier et) dernier rappel accompagné d’un peanuts : une amande salée de 32 euros à nouveau. Pas de coupure pour l’instant, donc elle téléphone rouge de colère à Orange et pose cette simple question : comment se fait-il qu’elle ne reçoive pas les factures par courrier, mais seulement les amandes amères ? Non, en effet, nous n’envoyons pas les factures, mais vous pouvez les consulter sur Internet. Ma mère fait donc appel à l’équipe pour entrer sur le site Internet de Orange.be, ne pas confondre avec Orange.fr.
Sur le site, on clique sur « my Orange » et on tape son numéro de téléphone portable. On tape donc le numéro Base qui est – logiquement – refusé. Essayons donc le n° du fixe, mais non, il et également refusé grossièrement par le site qui vous dit espèce de connasse on a écrit n° de portable, il doit commencer par 04… sans qu’on ait même la possibilité de l’injurier en retour.
Retour à la case départ, service clientèle de Mobistar, il n’a pas changé depuis l’émission Basta (Tapez Basta Mobistar dans Youtube, je vous promets c’est plus comique que les CTM). On suit religieusement le rituel : tapez 2 pour continuer en Français, tapez 1 pour un problème de facture, tapez votre n° de portable et terminez par le # …. …. …. « ce numéro n’est pas un numéro Orange » AU SECOURS !
Tapez 9 pour de l’aide ; sauvés, il y a un être humain au bout du fil. « Ah Madame, vous devez demander le service Résidentiel, pas de problème, je vous le passe » … « Allo, met Mark Degroot, hoe kan ik U helpen ? » « U kan me helpen en me passant un agent franstalig » « OK » retour au point de départ, « Madame, pouvez-vous s’il vous plait nous passer le service résidentiel en français ? » « Voilà » … … [musique d’ascenseur] … « Service Résidentiel, Hamid pour vous aider avez-vous sous la main votre n° de client ? ». Se pourrait-il qu’on passe enfin au niveau 2 ?
« J’appelle pour le n° de client 12345674784. » « Voici, vous êtes Monsieur Roland Dulieu » « Non, pas vraiment » « Comment, vous n’habitez pas à Wemmel au 31 rue du fournil ? » « Non plus, puisque je ne suis pas Roland Dulieu ». « Dans ce cas vous vous êtes trompé de numéro de dossier » « Absolument pas, je l’ai sous les yeux, c’est bien le 12345674784 » « Pas possible, le 12345674087 correspond à Roland Dulieu » … C’est bien ma chance, je suis tombé sur un sourd embauché dans le cadre de la politique des quotas handicapés ! « Monsieur, je me tue à vous répéter que mon numéro est le 12345674784, pas 4087 » Tûûût Tûût en plus c’est un sourd susceptible.
Au bout d’une heure aucun résultat, je recède le téléphone à ma mère qui a plus de chance, dans la mesure où lui échoit une employée compétente qui ne peut rien faire pourtant : les factures des clients sont des documents top-secrets, apparemment, elles seront déclassifiées dans 30 ans si tout va bien, le service des abonnements résidentiels a été supprimé, et attendez, je vais faire un effort, je vous envoie une copie de la facture par courriel en pdf (comme Putain De Foutage-de-gueule). Grâce au geste héroïque de notre lanceuse d’alerte, voici enfin révélé le précieux document … qui n’a rien d’une « facture » sauf le titre : pas de détail des consommations, supplément administratif non expliqué, pas de TVA …
Si ma mère n’envisage pas le suicide, c’est seulement parce qu’elle est très croyante. Elle sort de son arsenal une botte imparable : résiliation du contrat, accompagné d’un virement de 2 euros conforme à son supplément de consommation, et retour chez Belgacom, euh pardon Proximus. Dans le même temps, j’écris un mail à l’Ombudman d’Orange, mail auquel le soi-disant médiateur n’a jamais daigné répondre, peut-être son job a-t-il été supprimé lors de la restructuration. Qu’importe, le précieux lien téléphonique est rétabli par Proximus, trop heureux de récupérer un client.

Une dernière démarche de Faon a finalement touché le cœur d’un directeur d’Orange : elle écrit qu’Orange a transformé sa (fin de) vie en enfer, qu’elle ne dort plus, fait des cauchemars remplis d’orangers etc. Finalement, un responsable lui a confirmé que le dossier était clos et que plus aucune amende ne lui serait réclamée.